Souvent décrit comme un moment magique, l’allaitement comporte aussi son lot de difficultés. La mastite est une complication courante chez les mamans qui allaitent, qu’il est toutefois possible de prévenir.

Qu’est-ce que la mastite ?

La mastite est une inflammation des tissus au niveau du sein qui survient habituellement en période d’allaitement. La mastite apparaît le plus souvent deux à trois semaines après la naissance, mais peut se déclarer à n’importe quel moment de l’allaitement. Elle peut être ponctuelle (mastite aiguë), avoir tendance à récidiver (mastite récurrente) et peut évoluer ou non en infection.

Par quoi la mastite est-elle causée ?

La mastite est provoquée par une stagnation du lait dans le sein, appelée « stase laiteuse ». Plusieurs causes peuvent être à l’origine d’une mauvaise évacuation du lait :

Légende : 1. Canaux galactophores / 2. Lobules

  • Une mauvaise prise du sein ou une mauvaise technique d’allaitement, rendant les tétées peu efficaces.
  • Une fréquence et/ou une durée de tétée insuffisantes.
  • Une tétée plus régulière à un des deux seins.
  • Une crevasse, dont la douleur n’encourage pas à allaiter fréquemment.
  • Une production trop importante de lait (hyperlactation).
  • L’obstruction des canaux galactophores.
  • Le sevrage.
  • Une mycose du mamelon.
  • Une compression du sein (soutien-gorge trop serré, position nocturne sur le ventre, utilisation d’embouts de silicone…).

Cette stagnation de lait crée un milieu favorable à la multiplication des bactéries à l’origine de l’inflammation du sein, susceptible d’évoluer en infection.

Quels sont les symptômes de la mastite ?

La mastite ne touche habituellement qu’un sein. En général, une partie du sein devient rouge, douloureuse, enflée et dure. La maman peut être fiévreuse et se sentir malade. Ces signes ne permettent toutefois pas de différencier une mastite non infectieuse d’une mastite infectieuse. Pour cela, une analyse du lait peut s’avérer nécessaire : la quantité de bactéries présentes dans le lait définira si la mastite est infectieuse ou non.

Chaque maman est différente et chaque allaitement fonctionne différemment. De manière générale, gardez en tête que tant que le lait coule, que vos seins restent souples après la tétée sans être rouges, douloureux ou gonflés et que vous n’avez pas de température, il n’y a pas de problème de mastite.

Ines Walravens, sage-femme aux Cliniques universitaires Saint-Luc.

Comment prévenir la mastite ?

Si la douleur peut rendre réfractaire à l’allaitement, le meilleur moyen de prévenir la mastite est pourtant d’allaiter plus fréquemment. Même si la mastite est infectieuse, celle-ci n’affectera pas votre bébé qui peut continuer à téter sans danger le sein atteint. Quelques gestes peuvent vous aider à favoriser une bonne évacuation du lait :

  • Commencez l’allaitement dans l’heure suivant l’accouchement en profitant bien des conseils donnés par la sage-femme à la maternité.
  • Assurez-vous que le bébé prenne correctement le sein.
  • Allaitez à la demande et non pas à horaire fixe.
  • Si vous sautez une tétée (parce que votre bébé fait ses nuits ou parce vous lui donnez de temps à autre un biberon de lait artificiel) et que vos seins sont tendus, tirez votre lait ou videz vos seins manuellement.
  • Procédez de la même manière si vous optez pour un allaitement mixte et que vous sentez une tension dans vos seins.
  • Laissez le bébé « finir » le premier sein avant de lui donner le second.
  • Limitez l’utilisation d’embouts en silicone.
  • En cas de douleurs, de crevasse ou de difficultés à allaiter, prenez conseil auprès d’un(e) spécialiste (médecin, sage-femme, pharmacien…).
  • Reposez-vous.

Ces gestes permettent également de traiter la mastite non infectieuse. En cas d’infection, par contre, le recours aux antibiotiques est nécessaire. Le germe responsable pourra être identifié grâce à une analyse du lait. La plupart des antibiotiques utilisés en cas de mastite infectieuse sont compatibles avec l’allaitement. Si ce n’est pas le cas, votre médecin vous informera de la marche à suivre (vidage manuel des seins, etc.)

Reconnaissez les signes avant-coureurs de la mastite

Palpez et observez régulièrement vos seins à la recherche d’un gonflement, d’une rougeur, d’une douleur, d’une sensation de chaleur. Si vous constatez un ou plusieurs de ces symptômes :

  • Reposez-vous.
  • Allaitez au maximum avec le sein atteint, en massant la zone atteinte durant la tétée afin de favoriser l’évacuation du lait.
  • Appliquez une compresse chaude sur votre sein, ou mettez-le en contact avec de l’eau chaude (douche, bouillotte bien emballée) pour dilater les canaux et afin que le lait coule plus facilement.

Si les symptômes persistent le lendemain ou en cas de doute, consultez votre médecin ou votre sage-femme.

Article réalisé sous la direction d’Ines Walravens, sage-femme aux Cliniques universitaires Saint-Luc.

Source :Organisation mondiale de la Santé. Département Santé et Développement de l’Enfant et de l’Adolescent. Mastite : causes et prise en charge.

Date de publication : 15-06-2018